"Cela remonte à mon enfance où j'avais l'horreur de jeter les "rognures" de crayons de couleur que j'ordonnais avec soin dans une boîte. Plus tard, ce furent les bobines de fils et de rubans dans les tiroirs de la mercière, cet agencement bariolé que je trouvais si beau...."
De ces manies enfantines, Anne-Marie Letort a gardé cette incapacité à se débarrasser des choses et son atelier regorge de petits papiers, rubans, chiffons et dentelles. Tout est bon à devenir matière pour la création d'un hymne à la vie.